La pause fiscale …. et après ?

La pause fiscale …. et après ?

La question n’est pas de savoir si c’est pour 2014 ou 2015 mais combien de temps peut durer cette pause fiscale? en effet la définition du Larousse nous éclaire quelque peu : interruption, temps d’arrêt dans le déroulement d’un processus. Il faut donc s’’attendre à plus ou moins brève échéance à une reprise de nouvelles mesures.

La décision de suspendre le rythme des prélèvements fiscaux est  due à une opinion publique qui exprime son mécontentement comme rarement. La situation réelle  du pays et la recherche des équilibres financiers nécessite des recettes complémentaires indispensables.

L’environnement économique ne laisse pas augurer des rentrées fiscales en forte augmentation pour les 18 mois à venir. L’alternative serait de faire de larges coupes budgétaires dans les dépenses de l’Etat : est-ce raisonnable d’imaginer un shutdown à la française ? Le courage  politique n’étant pas la vertu la mieux partagée, c’est plutôt les perspectives électorales qui guident bon nombre des décisions de nos gouvernants. C’est certain la loi de finances pour 2017 donnera des gages à certaines catégories sociales mais d’ici là il faudra bien subvenir aux besoins. Au-delà , même en cas d’alternance politique, il faudra bien assumer l’héritage.

Il faut donc se résigner à vivre avec une fiscalité lourde et ce pour une longue période. Différer des décisions de gestion patrimoniale et de transmission en espérant dans quelques temps une fiscalité plus favorable serait une erreur. Au contraire, la génération actuelle encore en situation active doit réfléchir à la fois à ce que seront ses conditions de retraite et ce qu’elle pourra transmettre à la génération suivante. Il lui est demandé d’avoir encore plus le sens de l’anticipation.